Démons et Merveilles - Des insectes et des fleurs - Accueil

De la ponte à la métamorphose - Ponte de la femelle Meloe violacea,
Méloé violacé

Coleoptera - Meloidae

Femelle Méloé violacé, Meloe violaceus
En fin d'après-midi la femelle Méloé, prête à pondre, parcourt le sol à la recherche du lieu où creuser son nid. Comme toutes celles que j'ai observées elle choisit de pondre à quelques dizaines de centimètres des nids d'abeilles maçonnes aux dépens desquelles vivent ses larves.
 
Meloe creusant son trou de ponte
18 h 34

19 h 35
Une heure sépare ces deux images. Il en faudra en moyenne deux à la Méloé pour creuser un trou d'environ 45 mm de profondeur au fond duquel elle pondra plusieurs milliers d'œufs. Le travail est difficile : elle n'a pas de pattes fouisseuses et doit émietter la terre, régulièrement la remonter en s'aidant de ses pattes arrières puis replonger tête la première.
 
Le nid est terminé
19 h 49
<La femelle méloé descend pondre
19 h 50
Chaque fois que je vois l'abdomen de la femelle ressortir du trou je le crois assez profond mais non, elle y replonge. Le travail de terrassement dure plus d'une heure et demi puis enfin l'insecte sort entièrement du trou, se retourne rapidement et s'y enfonce à reculons. À l'aide de sa première paire de pattes (ci-dessus à droite et ci-dessous à gauche) elle balaie la terre, la rassemble et la fait en partie retomber dans le trou à fur et à mesure de sa descente.
 
Le trou est partiellement comblé
19 h 51
Meloe en train de pondre
19 h 57
L'opération se termine toujours au moment où la nuit tombe. Tête baissée, antennes rabattues, La femelle Méloé va passer la nuit à pondre.
Le lendemain matin je la trouve immobile à côté du trou soigneusement rebouché. Son abdomen a diminué de moitié. À 10 h 30 elle s'éloigne, il ne me reste plus qu'à marquer l'emplacement et attendre environ un mois avant de guetter les larves primaires pour les photographier.

Voir d'autres Mlo ici et l.
© Catherine Baral